aa
Théâtre

Sur le concept du visage du fils de Dieu

Romeo Castellucci | Socìetas Raffaello Sanzio / Cesena
31 mai, 1, 2, 3 juin
Théâtre

Le regard, le sens et le fantôme de Dieu
Jusqu’à quel point le théâtre peut-il nous confronter à ce qui est plus grand que nous ? Tout naît pourtant du quotidien : un homme, qui s’apprête à partir travailler, a installé son vieux père devant la télé, et soudainement, sous le vieillard, une tache s’étend sur le canapé blanc. Patiemment, le fils entreprend de laver son père. Mais, inexplicablement, cette scène se déroule devant l’immense et insondable visage d’un Christ de la Renaissance. Et si c’était lui qui vous regardait ?

Œuvre mystérieuse, obsédante et énigmatique, créée par l’un des plus grands artistes contemporains, Sur le concept du visage du fils de Dieu pose de façon foudroyante la question du sens de la vie en convoquant le fantôme de la foi. À la fois ode à la compassion, méditation sur la puissance sacrée de l’art, interrogation sur la souffrance et la dignité, ce spectacle bouleversant enjoint le spectateur à se repenser face aux grands vertiges de la condition humaine.

Billets
Place des Arts
Théâtre Jean-Duceppe
31 mai - 20 h 00
1 juin - 20 h 00
2 juin - 20 h 00
3 juin - 20 h 00
Longueur : 1 h
Dialogue en italien avec traductions française et anglaise

Tarifs réguliers : 55 $ / 45 $
30 ans et -, 65 ans et + : 45 $ / 40 $
Sièges réservés

Programme de soirée

Forfaits en vente
15% à 40% de réduction 

En parallèle

InfernoPurgatorioRomeo CastellucciRencontre avec les artistes en salle après la représentation du 1 juin
31 mai, 1, 2, 3 juin / Place des Arts / Google Map

Metro Place-des-Arts
Artistes
Romeo Castellucci © Demetrio Castellucci
Romeo Castellucci

Les pèlerins de la matière
Fondée en 1981 à Cesena, en Émilie-Romagne, par le peintre et scénographe Romeo Castellucci, la musicienne Chiara Guidi et la théoricienne Claudia Castellucci, la Socìetas Raffaello Sanzio s’est imposée sur la scène internationale comme l’une des compagnies de théâtre les plus fascinantes d’aujourd’hui par sa radicalité esthétique et la profondeur humaine de ses spectacles. Même s’il est nourri par les œuvres fondatrices de la culture occidentale — dont celles d’Eschyle, de Dante et de Shakespeare —, le théâtre de Romeo Castellucci et de la Socìetas Raffaello Sanzio se situe dans le sillage de la pensée d’Antonin Artaud où, bien plus que le texte, les corps, souvent atypiques, concentrent et condensent le sens, mis en contexte par d’étonnants déploiements sonores et visuels. Mêlant la haute technologie et l’artisanat séculaire de l’art dramatique pour créer des univers scéniques qui transposent la réalité par une série de diffractions, le théâtre de Castellucci, tout spectaculaire qu’il soit, interroge le monde d’un point de vue essentiellement humaniste. Au FTA, on a déjà pu voir de lui Orestea (una commedia organica?) (1997), Genesi. From the Museum of Sleep (1999) et Hey Girl! (2007). Parmi ses œuvres majeures, mentionnons aussi Tragedia Endogonidia (2002-2004), un cycle tragique contemporain prenant le nom des 11 villes où l’œuvre a été créée, et sa trilogie Divina CommediaInferno, Purgatorio e Paradiso — d’après Dante, dont la première partie a été créée au Festival d’Avignon en 2008, alors qu’il était l’artiste associé de cette édition. Cette bouleversante trilogie a été élue par le quotidien Le Monde comme le meilleur spectacle de la décennie 2000-2010.

Échos des médias

« Le metteur en scène italien livre un spectacle beau et cru, sous le regard mystérieux du fils de Dieu. »
       Fabienne Darge, Le Monde, 23 juillet 2011


« Un acte bouleversant d'amour et d'humanité. (…) Comme un miroir obscur, le spectacle renvoie chacun à la conscience de ses limites, de sa fragilité, de son infinie finitude. À ses peurs et ses expériences les plus intimes, ses croyances, sa foi en l’homme. En Dieu.»

       Didier Méreuze, La Croix, 22 juillet 2011


« On y retrouve à la fois le thème du rapport entre un père et son fils, et une atmosphère ultraréaliste, pas si fréquente dans l’univers de Castellucci, où onirisme et images baroques occupent une large place. »

       René Solis, Libération, 22 juillet 2011


« C'est une œuvre puissante, complexe, profondément dérangeante… (…) On éprouve. On est éprouvé. On est mis à l’épreuve. Comme toujours avec Castellucci. »

       Amélie Héliot, Le Figaro, 21 juillet 2011


"Gianni Piazzi as the sobbing, guiltily ashamed father and Sergio Scarlatella as the lovingly attentive son perform their roles with a devotion beyond the call of duty."
        Michael Billington, The Guardian

Hyperliens

Socìetas Raffaello Sanzio

Crédits

Crédits

UN SPECTACLE DE Socìetas Raffaello Sanzio
CONCEPTION ET MISE EN SCÈNE Romeo Castellucci
MUSIQUE Scott Gibbons
COLLABORATION À LA MISE EN SCÈNE Giacomo Strada
AVEC Gianni Plazzi + Sergio Scarlatella ET Dario Boldrini + Vito Matera + Silvano Voltolina
COPRODUCTION Theater der Welt 2010 + deSingel international arts campus (Anvers) + Théâtre National de Bretagne (Rennes) + The National Theatre (Oslo) + Barbican London and SPILL Festival of Performance + Chekhov International Theatre Festival (Moscou) + Holland Festival (Amsterdam) + Athens Festival + GREC Festival de Barcelona + Festival d’Avignon + International Theatre Festival DIALOG Wroclav + Belgrade International Theatre Festival + spielzeit europa I Berliner Festspiele + Théâtre de la Ville (Paris) + Romaeuropa Festival + Theatre festival SPIELART München + Le-Maillon (Strasbourg / Scène Européenne) + Théâtre Auditorium de Poitiers + Peak Performances @ Montclair State

PRÉSENTATION EN COLLABORATION AVEC Place des Arts

RÉDACTION Paul Lefebvre

INFO-FESTIVAL
514 844 3822 / 1 866 984 3822